Vous avez des idées, des questions, des remarques, des propositions au sujet du Plan Climat ou des thématiques qui s’y rapportent?

N’hésitez pas à les exprimer ici, elles seront étudiées pour y apporter une réponse ou les intégrer dans les travaux du Plan Climat.

Je m'exprime!

Consultez les expressions citoyennes ci-dessous :

alimentation

Yves Rey-Herme

Un des principaux facteur de la deforestation et d'émission de gaz à effet de serre est la consommation de viande excessive. il me semblerait pour le moins utile de prévoir - comme le font déjà certaines collectivités - un axe sur + d'introduction et sensibilisation aux repas végétariens

pour un modèle alimentaire végétal, favorisons l'offre en restauration collective

VERDIER Caroline

La communauté scientifique est unanime : pour sauver la planète, nous devons « végétaliser » nos assiettes. L’ONU indique qu’une transition à l’échelle mondiale vers une alimentation végétale (sans produits d’origine animale) est nécessaire pour contrer les pires effets du changement climatique. Une étude récente parue dans Science a conclu que faire le choix d’une alimentation végétale réduit jusqu’à 73 % les émissions individuelles de gaz à effet de serre dues à l’alimentation, ce qui en fait certainement le meilleur moyen d’agir pour l’environnement. Et dans son dernier rapport, le GIEC citait la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers dans les actions urgentes à entreprendre pour sauver le climat.

Paris-Saclay peut agir de différentes manières :

  • en informant les habitants sur l'équilibre alimentaire végétalien et son impact sur la planète par le biais de magazine
  • en informant les restaurateurs privés et publics (donc les mairies, les hôpitaux, le CROUS) sur la nécessité de servir des alternatives végétales chaque jour.

L'aggo offrirait des formations aux professionnels de la restauration collective. Ce serait le seul coût.

Les avantages secondaires sont multiples, ils impactent les ressources en eaux, la sauvegarde de la biodiversité, les animaux d'élevage industriel (qui viennent de l'étranger à 75 % dans la restau collective), la santé, etc...

Nous avons toutes les raisons d'entreprendre ce changement, le tout, c'est de s'y mettre !

Pour un réseau de Chaleur favorisant EFFECTIVEMENT les économies d'énergie

Fouché Alain

Bonjour

L'association locale de Défense des Usagers du Chauffage Urbain et de l'Environnement que je préside déplore que les modalités de fixation de l'abonnement au Réseau de Chaleur (Massy/Antony) pénalisent depus quelques années les efforts d'économie d'énergie et incitent au contraire à mettre un terme à des réglages économes de type 'réduit de nuit' en raison d'un effet pervers d'un mode de calcul de l'abonnement.

L'association s'élève contre le 'consommer plus pour dépenser moins' qui en résulte objectivement , positionnement à contre courant de l'Action pour le Climat.

Nous agissons pour que le Réséau de Chaleur local 'revoie sa copie' dans l'intérêt général et permette aux abonnés de participer pleinement à l'effort collectif.

A.Fouché

ADECUR

contact@adecur.fr





ET LE PLATEAU DE SACLAY DANS TOUT ÇA ?

POIGNIEZ Luc

Je viens de remplir votre questionnaire qui présente des solutions à plus ou moins courts termes tout à fait pertinentes bien que parfois un peu "généralistes" et "floues" dans leur implication.

Toutes ces bonnes intentions sont louable mais, habitant à la lisière du plateau de Saclay, je vois qu'il est en train d'être détruit de manière très rapide. De 4 000 hectares au début des années 80 on est est à un peu plus de 2 000 aujourd'hui. La construction du pôle technologique à encore réduit la surface drastiquement et artificialiser les sols. Les routes s'élargissent, les lignes de bus "rapides" coupent encore plus les champs. La future ligne 18 va apporter sont nouveau lot de destruction, apporter une nouvelle population et donc des structures supplémentaires, encore éliminer des hectares de champs, segmenter encore plus le plateau.

La vérité, c'est que les terres du plateau de Saclay - les plus fertiles d'Ile-de-France - sont en train de disparaître morceau par morceau. Alors oui, parlons de recyclage, de pistes vertes, d'éco-responsabilité, de tout ce que vous voulez, mais la vérité c'est que le plateau de saclay meurt un peu plus chaque jour...

Alors, à quoi sert cette enquête ? Vous donner bonne conscience ?

Mme Blot je partage votre avis...

E.TH

Bonjour , n'y voyez pas de la flagornerie , mais le texte de MM Blot pourrais être tt a fait le mien, je le remonte en haut de l'historique car c'est aussi ce que je pense des bus aux gares RER , il n'y a t'il personne de sensé dans ses compagnies de Bus pour donner de bonnes et simples consignes ? Les bus sont ils tous en panne de batterie ou de démarreur ?? Leur autonomie électriques est elle insuffisante a ce point qu'il doivent faire le point fixe a chaud en permanence a l’arrêt ?? Il n'y a aucune raison mécanique ni même de confort qui justifie ses excès !!Idem pour les particuliers..

je cite MME BLOT

"Je prends les transports en commun RER B et bus, et je constate que ce soit à la gare d'orsay aux arrêts de bus, au centre commercial des ULIS où il y le terminus de bus, ou en gare de gif sur yvette centre, que les bus n'arrêtent pas leur moteur même quand ils attendent 10 mn avant de repartir à Orsay le matin, c'est difficile de respirer quand il y en a parfois quatre, cinq dont les moteurs tournent. Aux Ulis il arrive que des bus (société albatrans) aient la porte ouverte , que le moteur tourne sans qu'il n'y ait de chauffeur, devant un arrêt de bus (arrêt champagne par ex. ou sous l'arrêt de la mairie des ulis, côté marché)erêtle bus d) quand on attend un autre bus, pour les gens avec des poussettes on stationne derrière ce bus et cette pollution, une fois cela a duré 20 mn après j'ai pris mon bus D'autres bus, dont le chauffeur est à l'intérieur et n'est pas en service (pause de midi) font tourner leur moteur (pour maintenir la clim ou le chauffage) pendant ce temps toute cette pollution est gratuite, ne sert à rien Les véhicules de particulier ne sont pas en reste, qui attendent quelqu'un devant un commerce, devant une gare, téléphonent, déjeunent dans leur voiture (clim, chauffage à maintenir) et ne coupent pas leur moteur. S'il fait très chaud ou très froid l'air devient difficilement respirable, mais au quotidien, je pense qu'on peut améliorer ce problème par des affichages aux particuliers en ville et des consignes aux chauffeurs de bus de toutes sociétés. merci de m'avoir lue MME BLOT"



Réponse de l'administrateur :

Bonjour,

Voici la réponse apportée à Madame Blot après plusieurs échanges avec les Cars d'Orsay : "Bonjour Madame,

Merci de votre remarque.

La Communauté Paris-Saclay a alerté à plusieurs reprises les cars d'Orsay sur cette problématique de moteurs allumés. Une solution va être mise en place sous forme de boîtiers d'eco-conduite sur les bus assez récents pour les accepter (la majorité). Une des fonctions de ce boîtier sera de détecter si le moteur resté allumé à l'arrêt. Le cas échéant, une alerte est envoyée au poste de supervision de Transdev et le conducteur sera appelé pour lui dire d'éteindre son moteur.

Bien cordialement,

L'équipe Plan Climat"

ligne 18 de metro inutile et couteuse

le coz jean luc

Comme disait par boutade Alphonse Allais il faut mettre les villes à la campagne

et bien figurez vous des technocrates ont suivi ce conseil à la lettre en voulant construire un metro dans les champs avec des station distantes de plusieurs kilometres (5 a 10 Km) ce qui n'est déja plus un metro qui par principe à un reseau de stations serré.Ce metro n'est pas pas en adéquation avec avec des flux de circulation Nord sud trés faible , donc il ne servira qu'aux étudiants et aux enseignants des campus du plateau les habitants eux se contenteront du service inefficace de la ligne RER B. De plus le nb depassagers estimé est loin de rentabiliser un tel investissement sauf si ce metro est le cheval de troie pour accentuer l'urbanisation du plateau de Saclay . voila la boucle est bouclée.



Pistes cyclables zone activité Courtaboeuf

Olivier Irac

Bonjour, malgré tous les aménagements qui sont fait graduellement, il reste difficile de circuler de manière continue à vélo sur des pistes cyclables. Notamment passant quotidiennement à vélo par la zone d'activité de Courtaboeuf, cette zone est quasi vierge de toute piste cyclable. Alors même que certains axes ont été refait récemment pour créer des voies de bus et qu'il aurait été possible de prévoir en même temps une voie cyclable.

Est-il possible de prendre en compte systématique la création d'une piste cyclable en voie propre lors de la réfection des voies?

J'espère notamment que cela est bien prévu pour les travaux de réfection des deux échangeurs d'accès à la zone depuis la N118.

Ceci permettrait d'accompagner le développement des déplacement à vélo et à vélo à assistance électrique.

Merci,

Olivier Irac

Réponse de l'administrateur :

Bonjour Monsieur,

Merci pour votre contribution, les aménagements cyclables sont en effet un levier très important pour faciliter les déplacements en vélos et permettre les changements de modes de déplacement et la Communauté Paris Saclay travaille particulièrement sur ce sujet. Voici les réponses que nous pouvons vous apporter à ce jour:

Dans le cadre des travaux de requalification du parc d’activités de Courtabœuf porté par la Communauté d’agglomération Paris-Saclay, dont les travaux sont en cours depuis 2016, le développement des circulations douces est une priorité.

Un tronçon a ainsi déjà été réalisé sur la RD118 entre les châteaux d’eau et le SIOM en 2016 / 2017. En 2019, plus de 3,5 km de nouvelles pistes cyclables vont être réalisées, notamment sur les avenues du Canada, de Laponie, du Québec et de Baltique sud, dans le cadre de la requalification de cet axe dont le chantier est actuellement en cours. Cette liaison permettra de mailler complètement le parc de Courtabœuf d’ouest en est pour les cyclistes.

Concernant les deux points particuliers que vous citez :

-        Avenue des Tropiques : l’emprise foncière disponible sur cette axe ne nous permettait malheureusement pas de pouvoir insérer un aménagement cyclable ;

-        Échangeur de Mondétour et Ring des Ulis : le Département de l’Essonne, maître d’ouvrage sur ce projet, a effectivement bien pris en compte la continuité des circulations piétonnes et cyclables dans l’opération.

Et les espèces animales?

Didillon Lise

Dans le cadre du document de Synthèse du séminaire des élus du Plan climat n°2 (1527096669.pdf) Axe stratégique : Préserver nos ressources et espaces naturels et agricoles Objectifs :

  • Favoriser l’agriculture locale à travers la mise en place de circuits courts
  • Développer une agriculture locale moins émettrice de GES et de polluants
  • Augmenter l’offre de produits biologiques locaux
  • Recréer des jardins locaux Il faudrait ajouter à cet axe
  • la préservation des espèces vivantes animales et végétales

Argumentaire sur les espèces animales: La pression immobilière et l'urbanisation croissante du grand paris et en particulier de la zone paris-saclay nuisent à de nombreuses espèces animales qui perdent ainsi des lieux d'habitation et de nourrissage sans qu'aucune mesure forte ne soit prise pour la conservation et le repeuplement des espèces.

Est-ce à dire que l'humanité poursuit ainsi sa vision mono-centrée sur elle-même et ses besoins si particuliers qui sont satisfaits bien souvent au détriment de toutes les autres espèces?

Je pense en particulier aux hérissons devenus espèce protégée car sa population a décru de façon vertigineuse du aux pesticides, à l’élimination de son habitat, à la circulation routière, au débroussaillage et feu de tas de branchage sans regarder si des hérissons s'y étaient abrités (et que dire des chantiers immobiliers qui couvrent parfois plusieurs hectares auparavant inoccupés sans qu'aucune mesure de sauvetage/relocalisation des espèces y vivant ne soit faite).

J'aimerais donc voir apparaître dans ces projets porteurs de changements positifs la preuve d'une prise de conscience plus englobante des autres espèces avec qui nous partageons l'espace. Avant que les chantiers ne soit ouverts dans la zone Paris-Saclay pourquoi ne pas faire intervenir des spécialistes des espèces animales de la région pour, avant tout, procéder à un plan de sauvetage des espèces locales et des hérissons que j'aime tant! :) ?

Pourquoi au sein des équipes de jardiniers et autres corps de métier intervenants sur les espaces verts, ne pas mettre en place des formations destinées à les sensibiliser aux diverses espèces occupant les lieux ?

Pourquoi ne pas faire entrer cette problématique au sein de tous les comités décisionnaires décidant d'une façon ou d'une autre de l'occupation et de l'emploi des sols?

Dans tout cela certaines choses sont peut-être déjà faites mais d'autre sont probablement à faire.

Merci à vous pour nous donner un espace d'expression Bien cordialement,

Réponse de l'administrateur :

Bonjour Madame,

Merci de votre contribution.

En effet, le Plan Climat doit prendre en compte la préservation de la biodiversité comme enjeu. Nous réalisons en ce moment une evaluation environnementale qui doit analyser les actions du Plan Climat et renforcer la prise en compte des problématiques environnementales, dont la biodiversité, dans le projet.

Nous prenons note de vos propositions et étudierons la possibilité de les intégrer dans le plan.

L'équipe Plan Climat

RN20 et incohérence urbanistique

HUET DOMINIQUE

Le plan climat adopté est un engagement très courageux sur le plan environnemental, mais il est très curieux que la problématique d'aménagement de la RN20 avec un Syndicat créé à cet effet ne soit pas corrélée avec les actions de l'Agglomération.

En effet où est la cohérence d'ensemble de la politique de déplacement des populations en transport site propre si l'on n'a pas la certitude mais aussi les sources de financements qui pourront répondre à un vœu pieu formulé dans le plan climat : celui de réduire la pollution, réduire les flux de circulation. Où sont les protections sonores sur la Commune de BALLAINVILLIERS ? Quid de la volonté de créér un boulevard urbain si les Plan locaux d'urbanisme n'ont pas de cohérence entre eux.

Le saucissonnage et les rustines n'apportent rien de très efficaces sur le long terme. Mieux vaut un bon projet d'ensemble que des petites touches mises bout à bout qui n'ont pour but que de prêcher pour sa paroisse et ne pas entrevoir l'intérêt Intercommunal de la démarche.

La requalification de la RN20 dans son ensemble doit être un projet financé par l'ETAT la Région Département

Réponse de l'administrateur :

Bonjour,

La Communauté Paris-Saclay, en association avec le Département de l’Essonne et Cœur d’Essonne Agglomération, a approuvé en 2017 le Plan Directeur de la RN 20. Ce plan fixe à 10-15 ans les grands principes de l’insertion d’un site propre de transport en commun et de la recomposition du front bâti aux abords de la RN 20.

Dans l’attente de ce projet d’ampleur, différentes actions sont en cours pour initier et préfigurer la requalification de la RN 20. A titre d’exemple, la Communauté Paris-Saclay pilotera en 2019 une étude de requalification urbaine sur les communes de Ballainvilliers, La Ville-du-Bois et Longpont-sur-Orge dans l’objectif d’aménager une nouvelle place et de faciliter l’accès à la RN 20. Par ailleurs, le Département de l’Essonne engagera divers travaux sur les prochaines années, notamment en vue de faciliter la circulation des bus aux carrefours et augmenter leur capacité.

Enfin, avec l’aide du Syndicat mixte de la RN 20, la Communauté Paris-Saclay est consultée lors des révisions des Plans locaux d'urbanisme et s’assure du bon respect du Plan directeur de la RN 20.

La CPS participe également à l’alimentation d’un fond pour l’acquisition de foncier en vue du futur élargissement de la RN 20 au profit du futur site propre de transport en commun.

L'équipe Plan Climat et le pôle Aménagement & Mobilité

La participation active des associations et entreprises locales doit être encouragée

Koechli Jean-Bernard

De nombreuses structures de terrain agissent déjà d'une grande diversité de façons pour la transition écologique et économique. Leur action, "à bas bruit", est essentielle mais mal connue des élus et des autres structures. C'est seulement en acquérant une dimension plus importante, en changeant d'échelle, qu'elles deviennent capables de mobiliser des énergies pour produire un impact social visible. Il existe donc plusieurs réseaux ou clusters visant, par la mutualisation et la coopération, à favoriser ce changement d'échelle. C'est le cas de notre PTCE, le Pôle solidaire Nord-Ouest Essonne (PôleS NOE). Nous nous demandons quel rôle le plan climat-énergie de la CPS prévoit-il de confier à ces entreprises et associations à l'avenir? Le PôleS NOE, avec d'autres, a entrepris dès 2017 le montage d'un projet ambitieux, appelé "observatoire coopératif de l'ESS", commençant par l'Essonne mais avec une ambition régionale. Cet outil permettrait à la fois de connaitre les initiatives de terrain, les structures engagées et des résultats obtenus. Il pourrait bientôt être mis au service du plan climat, si un partenariat était activé avec la CPS...